Lever de rideau sur le Panthéon du thé

Des plantations jusqu’aux jolies feuilles manufacturées, du verbe de Lauren jusqu’au nôtre, depuis l’antre de Collection T jusqu’à nos tasses, partons à la découverte des oolong.

A la découverte des oolong, un dimanche d’octobre, autour de l’Atelier du Thé de Lauren, théophile éternelle, aussi passionnée que pédagogue.

A la découverte des oolong, ou un lever de rideau sur le Panthéon du thé, alias le oolong.

A la découverte des oolong, de ces thés parmi les plus beaux au monde, aussi subjective suis-je.

A la découverte des oolong, en toute objectivité, de ces thés semi-oxydé.

A la découverte des oolong, au travers de dégustations de thés sourcés par Collection T, joliment décris par Chloé, maîtresse des lieux, et finalement divinement scrutés par Lauren.

A la découverte des oolong, de sa palette de saveurs inimitables, innombrables et incontournables, de sa palette visuelle mirifique, magnifique et magique.

A la découverte des oolong, somptueuse famille, qui, depuis l’an 1725, séduit les palais de mille et mille hommes et femmes à travers le monde, et qui, au cours de cette dernière décennie, a su envoûter mes papilles, imprégner mon esprit, jusqu’à inonder pour mieux fendre mon coeur.

 

A la découverte des oolong, peu oxydés d’abord, ou quand un Huangshan Mao Feng, thé vert de Chine, côtoie un Tie Guan Yin (oxydation 15%).

Si cher Huangshan Mao Feng se fait douce végétalité, quelque peu amère en fin de bouche, déesse Tie Guan Yin est douceur et rondeur sur le palais, ne développant nulle amertume.

 

A la découverte des oolong, plus oxydés ensuite, ou quand un Panyong Golden Needle, thé noir du Yunnan joliment bourgeonné, rencontre la crème de la crème en un Feng Huang Dan Cong (oxydation 75%), oolong venu de la province du Guangdong.

Virulentes notes cacaotées font face à d’autres, fruitées et si déroutantes. Yunnan et Guangdong s’affrontent sur mon palais, sur fond de cacao et litchi. Un partout, balle au centre. Quoi que .. Si fondant soit le cacao, irrésistible est cette note de litchi, lisse et soyeuse sur le palais.

 

A la découverte, enfin, sonnante et trébuchante, d’un Dong ding, oolong si peu oxydé (15%) et torréfié, dont les notes fraîches et automnales fondent sur le palais en une impression de « brume glacée ».

A la découverte des oolong, véritable lever de rideau sur le oolong.

Le thé recèle tant et tant encore à découvrir. Mais nul doute qu’à mes yeux, le oolong en sera à jamais le Panthéon ..

 

A la découverte des oolong, en compagnie de Lauren alias l’Atelier du ThéThé+ToiArthemiss et Divinithé.

 

À très vite,

Thé mon oolong

Publicités

4 commentaires sur « Lever de rideau sur le Panthéon du thé »

    1. « Pur et beau » .. Ces mots ont une telle raisonnance dans mon coeur ! Merci mille fois ma belle amie pour ces doux mots. Je serais ravie de partager un tea time avec toi, et je n’oublie pas que l’on doit se croiser pour te donner quelques sachets de merveille 😜😜. Affiner son palais, c’est s’offrir de tels plaisirs en bouche. Plein de bisous 😘❤

      J'aime

Laisser un commenthére

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s