Thé et polar, un jour se conjuguèrent 

Et le thé se conjugue au polar, et coule le thé et laisse place à une scène polardienne où violence morale et viscérale s’allient pour briser la virulente bête noire qui sommeille en nous,

Et le thé se conjugua un jour au polar,

Et le thé se conjugue aux polars,

Et thé et polars, un jour se conjuguèrent,

 

Rêver by Franck Thilliez et son thé des marmottes pour une nuit paisible

« Pour la plupart des gens, le rêve s’arrête au réveil »

rever-franck-thilliez-1

« Que somme nous, sans mémoire, sans souvenirs, sans le rappel de ces visages, de ces voix qui ont accompagné nos existences ? Juste un point sur la courbe du temps ? Une fleur qui a éclos, mais sans parfum ni couleur ? »

rever-franck-thilliez-2

« Toutes les nuits, je vis l’horreur. Toutes les nuits, je me réveille en sueur. Toutes les nuits m’arrachent le coeur. Toutes les nuits je me réveille et j’ai peur »

rever-franck-thilliez-3

« L’incube est sans doute la matérialisation de nos peurs et cauchemars les plus profonds, une image générique, peut être inscrite dans les gènes et créée par notre subconscient »

 

Code 93 by Olivier Norek et son thé codé

« Elle s’était laissée aller au pire des maux de son métier, l’empathie »

code-93-olivier-norek-1

« Le métro charrie son flot d’usagers bien vivants qui passent devant ce bâtiment de briques rouges, ignorant les cadavres qui attendent à la morgue le moment de se confier une dernière fois. Parfois, à cette station uniquement, un relent particulier flotte dans l’air. Seuls les flics et les médecins sont capables d’identifier. L’odeur de la mort. Incrustée dans la mémoire comme un warning. La thatatomorphose dans sa ronde immuable. Mort, refroidissement, rigidité, déshydratation, lividité, décomposition »

code-93-olivier-norek-2

« Un meurtre, c’est un coup de couteau, un coup de feu ou un bon swing de barre de fer. Du spontané, fait à la hâte, avec un minimum de préméditation. Un meurtre, c’est souvent bâclé. Surtout pas théâtralisé »

code-93-olivier-norek-3

« Plus loin, la Financière, un peu plus feutrée, un peu plus classe, les seuls chez qui on peut trouver du thé »

code-93-olivier-norek-4

« Longer les couloirs d’une PJ, c’est faire face à ce que l’homme recèle de pire en lui »

code-93-olivier-norek-5

« D’un côté la Police, de l’autre la Justice, comme deux navires de guerre »

code-93-olivier-norek-6

« L’amour, ça déborde, comme un coloriage d’enfant »


Hématome by Maud Mayeras et son thé bleu

« L’acier pénètre ma chair avec une force presque animale. Je ne peux hurler, l’obscurité recouvre chacun de mes souffles d’un voile noir et épais. Je suis aveugle et sourde. Aveugle et sourde … »

hematome-maud-mayeras-1

« La star adrénaline refait une brève apparition, la fatigue l’escorte et la rend plus forte »

hematome-maud-mayeras-2

« Mon reflet me fait face en véritable ennemi, allié parfait de mon corps meurtri »

hematome-maud-mayeras-3

« Un voile laiteux s’étend sur les ordures au pied des immeubles, la neige efface la saleté »

hematome-maud-mayeras-4

« L’espoir a toujours fait vivre les innocents »

 

Police ou Ecilop by Hugo Boris et son illégal thé immigré

« Elle a vu surnager tout cela parmi les mille tâches ingrates qui forment son ordinaire, elle est allée perdre sa tranquillité d’âme dans les mauvais lieux, obligée de vivre au dessus de l’étonnement, de tout connaître du pire de l’existence, pour un salaire à peine décent, et elle se demande toujours comment elle n’a pas les yeux sales, stupéfaite qu’ils n’aient pas conservé, dans leur profondeur, le pâle reflet de la misère »

police-ecilop-hugo-boris-1

« On pourrait croire qu’il sest mithridatisé contre les coups jour après jour, immunisé contre la violence du monde par l’accoutumance, à doses progressive »

police-ecilop-hugo-boris-2

« L’uniforme la redresse mécaniquement comme un tuteur, lui donne une assurance qui ne vient pas d’elle, étouffant un instant ses résonances émotionnelles »

police-ecilop-hugo-boris-3

« Les sentiments embarrassent, parasitent le geste »

police-ecilop-hugo-boris-4

« Ils sont les maillons d’une cascade hiérarchique qui va du gardien au ministre »

police-ecilop-hugo-boris-5

« Chacun veut la loi pour les autres et la liberté pour soi »

police-ecilop-hugo-boris-6

« Alors, l’énergie qui leur manque, ils viennent la puiser dans les regards étonnés de […] ces gens qu’ils aident, qu’ils protègent tous les jours, et qui ne leur disent jamais merci »

 

Serre moi fort by Claire Favan et son thé câlin

« Il comprend maintenant ce que ne pas avoir le choix signifie. Il mesure la nuance entre cesser de lutter et être consentant »

serre-moi-fort-claire-favan-la-bete-noire-1

« Les mots coulent autour de moi en une rivière sonore indistincte qui me berce »

serre-moi-fort-claire-favan-la-bete-noire-3

« Car si ma sœur n’a pas fugué, il ne reste que l’autre option. Celle qui ronge désormais le coeur et l’âme de mes parents plus efficacement que de l’acide »

serre-moi-fort-claire-favan-la-bete-noire-2

« Quand il pense à un tueur en série, il imagine de la violence, des mutilations, des viols, de la nécrophilie, et autres horreurs. Pas une histoire de chiffons »

 

Quelqu’un comme elle by Malagi Le Maître et son thé aux vertus moralement curatives

« Mais en vérité, le passage à l’acte prémédité est rare car il suppose une construction reposant à la fois sur la personnalité du criminel et un processus de situations et de choix ; une combinaison complexe de stratégie opératoire et d’absence momentanée ou permanente de moralité »

quelquun-comme-elle-magali-le-maitre-1

« Il y a deux sortes de gens malheureux : les apathiques et les agressifs »

quelquun-comme-elle-magali-le-maitre-2

« Même dans le Nord, il est de plus en plus difficile de lutter contre l’individualisme et l’indifférence »

quelquun-comme-elle-magali-le-maitre-3

« La justice française, que le policier défendait corps et âme, lui avait jouer un mauvais tour »

 

Reflex by Maud Mayeras et son thé photogénique

« Je n’aime pas le thé. Ce goût d’eau qui vous promet la Lune et l’Orient, qui vous brûle la langue et vous donne mauvaise haleine. Vous le savez, ce n’est que de l’eau. Et pourtant, vous y revenez chaque fois, vous fermez les yeux, jusqu’à ce que les épices assèchent votre langue et que votre gorge se mette à réclamer plus de promesses. Le thé est une blague »

reflex-maud-mayeras-1

reflex-maud-mayeras-2


L’heure des fous by Nicolas Lebel et son thé fou

Il est l’heure .. L’heure des fous

lheure-des-fous-nicolas-lebel

 

Le jour des morts by Nicolas Lebel et son thé mortel

« La difficulté attise l’homme de caractère, car c’est en l’étreignant qu’il se réalise lui même »

le-jour-des-morts-nicolas-lebel-1

« Là où il y a du sang, il y a de l’encre »

le-jour-des-morts-nicolas-lebel-2

« La vérité, l’âpre vérité. Tout le monde court après cette satanée vérité. Mais une fois qu’on l’a tient … Il faut faire avec ! »

 

Vertige by Franck Thilliez et son thé vertigineux

« Tu sais, chérie, les mots d’amour me brûlent les lèvres en permanence, mais ils sont comme ces vagues qui meurent avant d’atteindre la plage »

vertige-franck-thilliez-1

« Se regrouper autour d’un feu, si modeste soit il, est un langage universel qui ne demande aucun traducteur »

vertige-franck-thilliez-2

« Le gouffre est vivant … Et si c’était vraiment le cas ? Et si cette matière, autour de nous, n’était que la gorge d’un gigantesque monstre organique ? »

 

Fais le pour maman by François-Xavier Dillard et son thé des mamans

« Il le fera parce qu’il sait que le chômage et le désœuvrement peuvent avoir de destructeur dans une famille »

fais-le-pour-maman-francois-xavier-dillard-1

« Alors aujourd’hui, je ne veux pas être l’empêcheuse d’aimer en rond »

fais-le-pour-maman-francois-xavier-dillard-2

« Ce que j’entends, glacée et immobile, alors que nous découvrons sa terrible posture, c’est l’abîme de désespoir qui dévore mon père »

 

Les ronds dans l’eau by Hervé Commère et son thé aquatique

« J’ai juste l’impression, au contraire, de n’avoir été qu’une plume dans le vent, une brindille écrasée qui renaît par hasard »

les-ronds-dans-leau-herve-commere-2

« Mais rares sont ceux qui se préoccupent des remous qu’ils provoquent autour d’eux »

les-ronds-dans-leau-herve-commere-1

« Je ne me rappelle pas vraiment ce que je lui disais mais je sais que j’avais alors la plume agile et l’imagination féconde »

 

Une vrai famille by Valentin Musso et son vrai thé

« Maître de sa soif … Maître de sa santé »

une-vraie-famille-valentin-musso-2-2

« Un visiteur de passage qui les aurait observé aurait sans doute vu dans leur trio une famille idéale »

une-vraie-famille-valentin-musso-2-1

« Sur son échelle de Richter personnelle, elle était passée de la secousse dévastatrice au micro séisme »

 

Une putain d’histoire by Benard Minier et son putain de thé

« L’orque nomade est le plus cruel des mammifères marins mais l’homme nomade est le plus cruel des mammifères tout court »

une-putain-dhistoire-bernard-minier

« Le ciel avai pris une teinte verdâtre des plus curieuse et la lumière à travers les masses nuageuses semblait colorée par un de ces filtres qu’on utilise sur Instagram »

 

Et le thé, parfois, se délie du polar,

La petite fille qui avait avalé un nuage grand comme la Tour Eiffel by Romain Puértolas et son nuage de thé

« C’était le temps de l’innocence tout ca. Le temps des cerises. Enfin, le temps des Mister Freeze »

la-petite-fille-qui-avait-avale-un-nuage-grand-comme-la-tour-eiffel-romain-puertolas

« Elle avait une très jolie mine déconfite et ca m’a déconfit le coeur »

la-petite-fille-qui-avait-avale-un-nuage-grand-comme-la-tour-eiffel-romain-puertolas-3

« Un thé dégueulasse. Un thé d’aéroport que l’on paye une fortune »

la-petite-fille-qui-avait-avale-un-nuage-grand-comme-la-tour-eiffel-romain-puertolas-2

« Une nouvelle larme tomba dans son thé, provoquant une onde circulaire qui troubla un instant son reflet »

 

L’odieux connard et son odieux thé

« Le chat dort jusque dix huit heures par jour, ce qui fait de lui le cousin éloigné d’un sénateur »

lodieux-connard-1

lodieux-connard-2
 

À tout bientôt,

Thé mon oolong

Publicités

5 commentaires sur « Thé et polar, un jour se conjuguèrent  »

Laisser un commenthére

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s